Un site de la ville de Nancy
Retour sur le site de la ville
musée des Beaux-arts de Nancy

Jean-Ignace-Isidore Gérard, dit Grandville

Peines de coeur d'une Chatte anglaise

Jean-Ignace-Isidore Gérard, dit Grandville
Nancy, 1803 ~ Nancy, 1847

 

Peines de cœur d'une Chatte anglaise

Vers 1841
Plume et encre noire, sur traits à la mine de plomb et estompe
Donation Boidin, 1894

Originaire de Nancy, Grandville connaît un immense succès dès 1829 avec la publication des Métamorphoses du Jour, une charge féroce contre les mœurs bourgeoises et le régime de Charles X. Artiste prolifique, caricaturiste de très grand talent, il fut, au cours de ses années parisiennes (1825-1835) l'un des collaborateurs les plus réguliers des journaux satiriques, La Silhouette, puis La Caricature et Le Charivari.
En 1835, il regagne Nancy et met un terme à sa carrière de caricaturiste politique. Il se consacrera à l'illustration de livres dont Les Fables de La Fontaine (1838) et les Scènes de la vie privée et publique des animaux.

Dans Peines de cœur d'une Chatte anglaise, Honoré de Balzac raconte l'histoire de Miss Beauty, une chatte bien élevée d'une blancheur exceptionnelle. Mariée à Puff, un beau vieux matou respectable appartenant à un Lord, elle fait la connaissance de Brisquet, un petit chat gaillard venant de l'Ambassade de France. Pendant que Puff dort, elle donne rendez-vous au matou français dans les gouttières où il lui déclare sa flamme : “Mon silence l'enhardit, et il s'écria : Chère Minette !” Dans son transport, Brisquet laisse tomber de sa poche des papiers marqués “Secret d'État”. Outragé par leur conduite, Puck, un neveu de Puff, engage un avocat pour porter plainte contre Minette et fait tuer Brisquet lors d'une émeute. En haut du dessin, Grandville a repris au crayon la tête souriante de Brisquet et une patte de Miss Beauty-Minette.

> Les principaux chefs-d'œuvre
> Œuvre suivante